Au programme : les canaux en péniche, les inondations de 1962, l'avenir du musée du port, l'approfondissement de l'Elbe...
 ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌  ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ 
Logo "Un dimanche Ă  Hambourg"

Hambourg, ses canaux et son fleuve
Un dimanche Ă  Hambourg

dimanche 30 janvier 2022 [#35]
Photo de Hambourg
Moin Moin!

Il n'y a pas que cette newsletter qui arrive (parfois !) en retard. Vendredi en fin d'après-midi, la Deutsche Bahn devait lancer un vote en ligne, permettant à celles et ceux qui le souhaitent de se prononcer sur le look du futur Sternbrücke. Un projet très contesté que j'évoquais déjà dans le 2ème numéro de «Un dimanche à Hambourg» et qui avait donné lieu à un joli documentaire. Cependant, malgré l'annonce officielle et les relais dans la presse, la page web du vote était cet après-midi encore indisponible...

Loin du Sternbrücke et du trafic routier, c'est l'eau qui sera  le fil conducteur de ce 35e numéro. Alors que les travaux d'approfondissement de l'Elbe viennent de se terminer et que la 833e édition de la fête du port est annulée, une recherche suggère d'utiliser davantage les canaux en ville pour le transport de marchandises, les souvenirs des inondations de 1962 refont surface, des personnes se battent pour maintenir le musée du port et d'autres veulent interdire les exportations d'armes depuis les quais de Hambourg.

Bonne plongée, Viel Spaß beim Lesen et à dimanche prochain !
Arthur Devriendt

Sur les canaux en WaCaBa

Si le port et l'Elbe font la fierté de Hambourg et sont l'un de ses poumons économiques, en revanche, les nombreux canaux qui la traversent sont encore peu reliés à l'activité marchande. Pourtant, à l'heure où l'on recherche partout des solutions pour diminuer le trafic routier, ces canaux représentent un potentiel certain pour assurer du transport de marchandises. C'est pourquoi l’administration municipale en charge de l’économie et de l’innovation a chargé la Fraunhofer CML, la branche du puissant institut de recherche spécialisée dans la logistique maritime, de mener l'enquête.
Image des canaux de Hambourg (carte)
Comme le précise un article de Wikipedia, un tel usage économique des canaux était très courant jusqu'aux années 60. Et encore aujourd'hui, « ce n’est pas une idée complètement nouvelle » souligne Ralf Fiedler, responsable de l'étude : depuis Billbrook et Hammerbrook, quelques entreprises ont encore recours à des péniches pour faire parvenir leurs marchandises au port. 
Au-delà de ces usages résiduels, Ralf Fiedler et son équipe ont donc cherché à savoir de quelle manière, et dans quels secteurs économiques, un recours aux canaux pourrait être encouragé. Ils ont alors retenu plusieurs zones de la ville (autour de l'Alster, Billbrook, Hammerbrook, City Süd et Harburg) pour y examiner les infrastructures navigables existantes et y interroger les entreprises sur leurs besoins.
Le premier constat est, qu'en général, « l’infrastructure est adaptée pour naviguer », mais « l’état de certains segments soulèvent des questions ». En matière de gestion de ses canaux et de ses abords dans une perspective économique, Hambourg serait une belle endormie. En plus des problèmatiques d'infrastructures à proprement parler, d'autres aspects fonciers et juridiques n'auraient pas été traités. Des aspects pourtant essentiels pour refaire des canaux une voie de transport attirable et fonctionnelle.
Image des esquisses du WaCaBa
Compte tenu de la profondeur d'eau, des ponts et des écluses – à l'image de celles situées au pied de la mairie, qui peuvent permettre une connexion à la HafenCity et au port – les chercheurs ont esquissé un modèle de péniche adapté aux canaux hambourgeois : la « water cargo barge », WaCaBa.
Déclinée en deux versions, cette péniche à propulsion électrique, d'un coût estimé entre 800 et 900 000 euros, peut accueillir des marchandises en containers ou sur palettes voire même déjà rangées dans des vélos cargos. Si les chercheurs ont un temps pensé à une péniche « autonome », faisable techniquement, de nombreux obstacles empêchent un tel scénario, à commencer par la cohabitation avec les nombreuses activités de loisirs exercées sur un espace comme celui de l'Alster.
Du côté des expéditeurs et des opérateurs économiques situés à Billbrook et Hammerbrook, l'idée a été accueillie « avec scepticisme » indique Ralf Fiedler. En revanche, l'accueil a été plus favorable dans le centre-ville et autour de l'Alster par les restaurants et les grossistes, même si la complexité de repenser des chaînes complètes de livraison n'est pas à prendre à la légère. Finalement, c'est chez les coursiers et les livreurs de colis que l'idée a été accueillie avec le plus d'enthousiasme. Partant pour la plupart 
de l'est de la ville,  leurs camions ont du mal à accéder « aux espaces urbains les plus denses », à savoir le centre-ville et la HafenCity. Passer par les canaux pourrait permettre de surmonter cette difficulté. Mais privilégier du volume (des paquets) à la place du tonnage (produits en vrac) pourrait mettre à mal toute l'économie du projet.
f67cd92b-7913-11ec-96e5-06b4694bee2a%2Fvideo-thumbnail%2F05b2efdbfcf83271e4fa22bd0012be41_0.jpg
Ayant moi-même travaillé pour un grossiste situé à quelques pas de l'Alster, je trouve l'idée plutôt intéressante. Bien sûr, pour que cela fonctionne, « beaucoup de conditions doivent être réunies » rappelle Ralf Fiedler à plusieurs reprises dans sa vidéo de présentation (voir ci-dessus). Et vous, qu'en pensez-vous ?

L'agenda de la semaine

Visuel de l'exposition sur les inondations de 1962

En mémoire de 1962

Dans la nuit du 16 au 17 février 1962, l'ouragan Vincinette provoqua un violent raz-de-marée et de terribles inondations à Hambourg. Un sixième de la surface de la ville se retrouva sous l'eau et 315 personnes décédèrent. Particulièrement dévasté, le quartier de Wilhelmsburg, où une exposition organisée au sein de la bibliothèque revient sur cet événement tragique.
Site web de l'événement
Visuel de la série "Die Discounter"

«The Office» à Altona

Vous ne voulez pas sortir mais préférez plutôt un moment devant la TV ? Sur Amazon Prime Video, la série Die Discounter vous emmène au Kosinski, un supermarché d'Altona, pour partager la vie de ses salariés, dans une ambiance qui rappelle l'hilarante série The Office. Créée par trois jeunes hambourgeois (Bruno Alexander, Emil Belton, Oskar Belton) et produite par Pyjama Pictures, la première saison compte 10 épisodes de 15 à 20 minutes.
Lien vers Amazon Prime Video
Visuel du festival 'Crossdorf 2022"

Crossdorf 2022

Le festival culturel du quartier Osdorf revient pour sa troisième édition ! Au programme à partir de ce dimanche et jusqu'au 13 février : concerts, expositions, théâtre et ateliers. A noter que la française et bretonne Gwennyn devait être de l'aventure mais son concert a été annulé et reporté à 2023.
Site web de l'événement
Portrait de l'Ă©crivain Anselm Neft

 Un soir avec Anselm Neft

Auteur basé à Hambourg, créateur de la revue de littérature d'humour EXOT (arrêtée en 2015) et animateur des événements «Liebe für alle», Anselm Neft vient présenter, jeudi 3 février à la Literaturhaus, son nouveau roman, Späte Kinder, publié chez Rowohlt.
Site web de l'événement

Le coin des idées et des initiatives

Photo du musée "Hafenmuseum" de Hambourg
« Le musée du port au hangar n°50A ne doit pas mourir ! ».Tel est le cri d'alarme poussé par les bénévoles et généreux donateurs du lieu. Cette antenne du Museum der Arbeit, à Barmbek, est en effet menacée par un projet concurrent et massif soutenu par l'Etat fédéral. Avec 120 millions d'euros mis sur la table, c'est un combat de David contre Goliath qui s'annonce. Pour soutenir leur démarche et aider les musées de petite envergure, une pétition a été lancée. Elle avait recueilli 1273 signatures avant l'envoi de cette newsletter.

Une autre pétition relative au port a réussi à réunir les 10 000 signatures, permettant d'être prise en considération par l'administration municipale. Cette pétition, «Ziviler Hafen», c'est celle qui vise à interdire depuis le port de Hambourg l'export d'armes et de munitions. Le parlement de Hambourg sera officiellement informé de la réussite de la mobilisation lors de sa prochaine réunion, le 2 février. Et ses revendications pourront poursuivre leur chemin.
Logo de la radio ByteFM

ByteFM

Dans les colonnes du Elbe Wochenblatt, partez à la découverte des visages et des idées qui se cachent derrière la radio associative et sans publicités ByteFM. Une radio idéale pour écouter de la bonne musique et avoir des actualités de Hambourg dans une ambiance détendue.
Écouter ByteFM

Le reste de l'actualité

Un peu court sur les logements sociaux

En 2021, à Hambourg, ce sont seulement 1 900 nouveaux logements sociaux qui sont sortis de terre. Un chiffre e​n deçà de l'objectif de 3000 fixé par la ville elle-même.
Lire l'article du taz

Un tour autour de l'Alster interdit par la justice

Les organisateurs avaient annoncé 11 000 participants. Leur programme : un tour autour de l'Alster, hier samedi, «sans masques ni mesures anti-corona», pour protester contre la gestion de la crise sanitaire et l'obligation vaccinale en discussion (et diffuser quelques théories conspirationnistes au passage). Une manifestation interdite par la justice. Une décision de justice confirmée en seconde instance.
Lire l'article de la NDR

Un ballet franco-allemand

Le 20 janvier, j'ai pu assister, à Paris, à une représentation de l'orchestre allemand de la jeunesse en partenariat avec l'orchestre français des jeunes et le ballet fédéral de la jeunesse dirigé par cette figure de Hambourg qu'est John Neumeier. Un auteur du blog «Danses avec la plume» était également dans la salle et a fait un compte-rendu de la soirée.
Lire l'article de Danses avec la plume

Sous les palmiers, le bruit​

Sur les hauteurs du port, vous vous êtes peut-être déjà retrouvé dans ce parc avec ses palmiers artificiels, le «Park Fiktion». Né d'une initiative citoyenne, ce parc semble aujourd'hui victime de son succès. Des habitants, qui se plaignent des nombreuses nuisances, se sont regroupés dans un comité «Lärm in Park».
Lire l'article de Szene Hamburg

Dans mes oreilles - Tocotronic

Le rock indé du célèbre groupe Tocotronic revient sur un 13e album particulièrement bon ! Originaire de Hambourg, le groupe a néanmoins choisi Berlin pour présenter «Nie wieder Krieg» à l'occasion d'un concert en format restreint (et en live sur les ondes de radio eins). Un album dont est issu le titre «Ich hasse es hier» dont j'ai mis le clip vidéo ci-dessous. En guest star , vous aurez peut-être reconnu la jeune actrice révélée par le film Systemsprenger (Benni dans sa version française) sorti en 2019. Pour info, Tocotronic sera en concert plein air au Stadtpark en août prochain, mais ça affiche déjà complet...
f67cd92b-7913-11ec-96e5-06b4694bee2a%2Fvideo-thumbnail%2F94298ae0e82fe0d0c3fb422debc4f46e_0.jpg
C'est ce titre qui m'a accompagné cette semaine dans la rédaction de cette newsletter. Et c'est l'un des titres que vous pouvez retrouver dans la nouvelle playlist spotify dédiée aux nouveautés musicales en direct de Hambourg : «Hamburg Weekly» ! N'hésitez pas à l'ajouter à votre bibliothèque ;)
Vous avez aimé ce numéro ? N'hésitez pas à le faire savoir ! Vous pouvez transférer la lettre à vos amis, en parler sur les réseaux ou encore la soutenir financièrement en payant un café. Merci et à dimanche prochain !
Bouton "Buy me a coffee"
Vous recevez cet e-mail car vous êtes abonné à Un dimanche à Hambourg
Vous pouvez vous désabonner à tout moment

Arthur Devriendt, Paris, France
propulsé par EmailOctopus